Organisation internationale du Travail

L'Organisation internationale du Travail (OIT) fut fondée en 1919, à la suite d’une guerre destructrice, afin de poursuivre une vision basée sur le principe qu’il ne saurait y avoir de paix universelle et durable sans un traitement décent des travailleurs. L’OIT devint la première agence spécialisée des Nations Unies en 1946.

L’OIT, avec ses 189 Etats Membres, a pour principaux objectifs de promouvoir les droits au travail, d’encourager la création d’emplois décents, de développer la protection sociale et de renforcer le dialogue social dans le domaine du travail.

La notion de travail décent résume les aspirations de tout travailleur : la possibilité d’exercer un travail productif et convenablement rémunéré, assorti de conditions de sécurité sur le lieu de travail et d’une protection sociale pour sa famille. Le travail décent donne aux individus la possibilité de s’épanouir et de s’insérer dans la société, ainsi que la liberté d’exprimer leurs préoccupations, de se syndiquer et de prendre part aux décisions qui auront des conséquences sur leur existence. Il suppose une égalité de chances et de traitement pour les femmes et les hommes. 

La structure tripartite de l’OIT, où les travailleurs et les employeurs participent aux délibérations des principaux organes sur un pied d’égalité avec les gouvernements, garantit que les points de vue des partenaires sociaux sont fidèlement reflétés dans les normes du travail, les politiques et les programmes de l’Organisation. 

Le BIT est le secrétariat de l’OIT à la tête duquel se trouve un Directeur Général dont le siège est établi à Genève, en Suisse. Le BIT dispose d’un réseau mondial d’experts techniques et de bureaux de terrain dans plus de 40 pays. 

L’action récente de l’OIT en République Démocratique du Congo

La RDC est membre de l’OIT depuis 1960. Depuis lors, plusieurs actions ont été réalisées, entre autres, la création et le renforcement des structures parraines telles que l’Institut National de Préparation Professionnelle (INPP) et l’Institut National de la Sécurité Sociale (INSS), le renforcement de la REGIDESO et de la Société Nationale d’Electricité à travers la construction des centres de formation et la formation de leurs agents et cadres. A cela, il faut ajouter la formation des cadres de la Banque Centrale du Congo à travers son Institut de formation en collaboration avec le Centre International de Formation de l’OIT/Turin en Italie. 

Parmi les nombreuses actions récentes de coopération entre la RDC et l’OIT, il y a :

  • L’entretien et la réhabilitation des routes de desserte agricoles en appui à la DVDA. Avec le financement de la Banque mondiale, ce programme a permis à l’OIT d’introduire en RDC la stratégie de Haute Intensité de Main-d’œuvre (HIMO) et de former une équipe d’ingénieurs sur place et à l’étranger
  • L’appui au Centre National pour Personnes vivant avec handicaps physiques par la formation professionnelle et la fabrication de prothèses
  • La prévention au recrutement et l’intégration socioéconomique des enfants affectés par les conflits armés
  • Appui à l’élaboration de la Politiques Nationale de lutte contre le  VIH/sida en milieu de travail
  • Lancement de l’Initiative de l’OIT  de l’offre du service de dépistage au VIH  en milieu de travail dénommée «  VCT@WORK» en octobre 2014 avec la participation de l’ancien Ministre de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance Sociale, Bahati Lukwebo
  • Appui aux 2e et 3e éditions du Forum National de Mobilisation du monde du travail contre le sida en RDC (FONAST)
  • La réinsertion économique des ex-combattants dans le cadre du processus DDR
  • La promotion de mutuelles de santé à travers le programme régional de Stratégies contre l’exclusion et la Pauvreté (STEP) en Afrique. Ce programme a permis de professionnaliser les mécanismes de gestion des mutuelles de santé et le renforcement des compétences de ses dirigeants à travers des formations spécialisées en RDC et à l’étranger
  • Le Programme d’Action pour l’Emploi des Jeunes au Katanga (PAEJK)
  • L’appui à la révision du Code du Travail et de ses mesures d’application
  • L’appui aux processus de formulation de la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle ainsi que de la Politique Nationale de Protection Sociale
  • L’appui à l’élaboration du Plan d’action national pour l’Emploi des jeunes
  • L’étude diagnostique du Ministère de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance Sociale et de ses structures et programmes dépendants
  • Formation des cadres et agents du Ministère de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance Sociale ainsi que des membres des organisations d’employeurs et de travailleurs dans les domaines les plus variés de leurs activités